Les Traversées Tatihou 2017

Comment les groupes sont-ils choisis ?

- Festivals de musique


Laurence Loyer-Camebourg, programmatrice du festival nous dit tout !

> Racontez-nous votre parcours                                                                                                    

Avant de travailler au conseil départemental, j’ai travaillé pendant 12 ans au sein du Parc Naturel Régional du Cotentin et du Bessin en tant que responsable du pôle patrimoine, culture et tourisme. J’ai mené une réflexion avec les communautés de communes, les élus sur la vie culturelle locale au sein du parc.

J’ai saisi l’opportunité de développer ce thème à l’échelle du département de la Manche en devenant la directrice adjointe à la culture en charge de l’évènementiel.

J’ai ainsi pu mettre en œuvre une méthode de travail qui permette à la culture d’être en lien étroit avec le développement local et cela a permis de renforcer les partenariats pour que chaque partenaire se sente acteur de la saison culturelle.

Le Département de la Manche a bien joué son rôle d’accompagnateur de la saison culturelle au plus près des habitants et a souhaité réunir les thèmes de la culture et du patrimoine au sein d’une seule délégation dont je suis devenue la directrice. Tout est lié : la lecture publique, le patrimoine, l’accompagnement des acteurs d’où cette nécessité de réunir l’ensemble des collaborateurs, d’affirmer la transversalité des compétences et de les valoriser.

 

 > Comment choisissez-vous les groupes musicaux du festival Les Traversées Tatihou ?

Je me rends chaque année  au WOMEX (The World Music Expo), les producteurs de musique traditionnelle sont présents, l’an passé le salon avait lieu à Saint-Jacques-de-Compostelle. Cette année il se déroule en Pologne. Sinon tout au long de l’année je vais voir des artistes que je suis depuis plusieurs années mais aussi des nouveautés. Nous recevons aussi des propositions directement ou via des partenaires.

 > Est-ce que les groupes connaissent le festival Les Traversées Tatihou avant de venir ?

Oui, les groupes connaissent le festival, ma venue au WOMEX est ponctuée de nombreux rendez-vous professionnels, les groupes discutent entre eux du festival et savent qu’une grande attention est accordée à l’accueil du public (spectacles assis), que les spectacles sont très bien sonorisés, que le public est accueillant.

Nous sommes aussi très vigilants sur la tarification pour garder une grande ouverture et une accessibilité au public. Nous accueillons aussi aux spectacles les personnes en situation de handicap.

>  Pour ceux qui ne le connaissent pas et qui hésitent à s’engager dans la programmation, quels arguments est-ce que vous leur donnez pour « vendre » 🙂 le festival et les convaincre de venir ?

La simple évocation du lieu qu’on va leur offrir nous permet de les convaincre de venir au festival. C’est un lieu féérique, la qualité du festival reconnu depuis plusieurs années maintenant, les sons de la mer, le vent, les goélands, le temps suspendu….sont autant d’arguments qui achèvent de les convaincre ! et de changer de point de vue sur la Manche 🙂

> Est-ce que des groupes demandent régulièrement de revenir au festival ?

Dan Ar Braz, Carlos Nunez, Sébastien Bertrand reviennent régulièrement parce qu’ils ont des projets novateurs avec d’autres artistes.

>  Y a-t-il un groupe ou un artiste que vous rêveriez de voir au festival Les Traversées Tatihou ?

Lorenna Mckennit, elle devait faire une tournée qui est annulée, j’espérais qu’elle allait venir au festival… et également Lluís Llach qui est un chanteur catalan de grande renommée mais qui ne tourne plus malheureusement.

> Quels sont vos coups de pour l’édition 2017 ?

Il y en a plusieurs ! Cette année il y aura bien sûr Charlelie Couture qui est une des têtes d’affiche du festival et qui mettra en valeur la musique cajun. Le 24/08 sur l’île Tatihou. De même les 2  évènements que sont des créations uniques pour le festival :

Sébastien Bertrand et l’orchestre régional de Normandie : une fusion entre les compositions diatoniques de Sébastien Bertrand et les arrangements de l’Orchestre régional de Normandie ! Le 25/08 sur l’île Tatihou

Abblaye Cissoko & La Gallera Social Club : cette création réunit le sénégalais, Abblaye Cissoko et les musiciens de La Gallera Social Club qui jonglent entre musiques vénézuéliennes, latines, rock et électro. Le 23/08 sur l’île Tatihou

 

 

 

> Cette année le fil rouge du festival ce sont les femmes, pourquoi avez-vous choisi ce fil rouge ?

En effet cette année le fil rouge que sont les femmes donne la couleur de l’édition 2017. On a voulu donner une importance à l’implication des femmes artistes qui s’engagent pour dénoncer les restrictions des libertés. Dans certains pays les femmes ne peuvent plus chanter en solo ou devant des scènes mixtes.

Ce fil rouge s’est fait naturellement à partir du documentaire de Ayat Najfafi « No land’s song » qui sera diffusé dans le cadre du festival.

J’ai donc construit à partir de ce documentaire une partie de la programmation du festival en faisant venir des artistes engagées comme Pura Fé qui milite pour l’amélioration des conditions de vie des indiens d’Amérique et du respect de l’environnement. Il y aura aussi Emel Mathlouthi, artiste tunisienne qui figure dans le documentaire et qui défend la cause féminine et bien d’autres encore !

 

 

 

> Une anecdote à nous raconter qui vous a marquée ?

Oui en 2014 la venue d’ Ablaye Cissoko n’a pas été simple, puisqu’au dernier moment les artistes qui devaient l’accompagner n’ont pas obtenu de visa et il est venu avec un trompettiste uniquement. Avant de quitter l’île il a fait une prière de revenir sur l’île et il revient cette année avec une des créations du festival : Ablaye Cissoko et la Gallera Social Club.

> Des imprévus à gérer dont vous vous souvenez particulièrement ?

Au dernier moment des artistes qui ne peuvent plus venir à cause d’un problème de visa et qui ne peuvent pas venir en France.

Quelles sont les qualités à avoir dans ces moments-là ?

Il faut s’adapter et ne jamais baisser les bras ! On ne se pose pas de question et à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit on répond présent !

> Avez-vous des projets futurs en tête que vous voudriez voir développer pour le festival Les Traversées Tatihou ?

Oui il y en a plusieurs ! J’aimerais développer les pratiques amateurs, les stages de musique sont développés depuis 3 ans, développer les créations également cette année il y en a 2 l’année dernière il n’y avait qu’une seule création pour le festival.

Il faudrait aussi développer les moments d’échanges entre les habitants et les artistes « t’as tout dit à Tatihou », les évènements gratuits au village et les déambulations.

Anne-Françoise

horaires

Du 14 août 2017 au 26 août 2017

site

www.manche.fr/culture/traversees-tatihou.aspx

lieu événement

Ile Tatihou et Saint-Vaast-la-Hougue

Festival musique normandie Les Traversées Tatihou 2017 programmation Tatihou